Transition énergétique

Avec la recomposition territoriale, le territoire d’intervention de l’ALEC du Pays de Saint-Brieuc s’est étendu vers l’Est au 1er janvier dernier : Plénée, Jugon-les-lacs, Plestan, Hénanbihen, Sévignac…

L’ALEC déploie donc progressivement ses activités sur ce nouveau territoire étendu et, à ce titre, rencontre les élus des communes concernées pour leur présenter ses activités et ses missions.

Le 14 septembre dernier, le Directeur et le Vice-Président de l’ALEC intervenaient ainsi au Conseil municipal de Jugon-les-lacs Commune Nouvelle. Les élus ont ensuite délibéré et ont acté l’adhésion de la commune à l’ALEC, sur la période 2018-2021. L’élu référent qui a été nommé est M. Eric MOISAN, Maire Délégué de Dolo et premier adjoint en charge des finances, de l’urbanisme et des travaux.

Cette décision augure peut-être le début d’une série, puisque de nouveaux rendez-vous sont programmés dans les semaines à venir avec les communes de Bréhand, Plestan, Plédéliac, Hénansal, Sévignac, Saint-Rieul, Pommeret, Plaine Haute…

Plus d’information :

Depuis le 1er janvier 2017 et la mise en place des nouveaux EPCI, le territoire d’action de l’ALEC s’est étendu pour atteindre 72 communes et 217 000 habitants. Afin de proposer un service de qualité à l’ensemble des collectivités, l’ALEC recherche un(e) conseiller(ère) pour promouvoir le service et pour assurer la mission de Conseil en Energie Partagé auprès des communes nouvellement adhérentes.

 

Téléchargez la fiche de poste.

Information complémentaire
Kevin Fèvre
, Conseiller en Energie Partagé, Référent du pôle collectivité
tel : 02 96 52 56 54
kevin.fevre@ale-saint-brieuc.org

Grâce aux données récoltées et mises à disposition par l’association Hespul, nous serons en mesure de vous fournir la météo des énergies renouvelables pour la Bretagne (site de Brest pour les données solaires). Vous retrouverez ces informations chaque semaine sur la page d’accueil de notre site.

Le pourcentage correspond au taux de couverture de la consommation électrique d’une famille.

Comment est calculée la production ?

Production en équivalents logements (hors chauffage).

Comment est calculée la production ?

Le pourcentage correspond au taux de couverture solaire des besoins d’eau chaude sanitaire d’une famille.

Comment est calculée la production ?

Merci à Hespul de mettre ces données à disposition gratuitement.

Echanger, partager nos expériences, faire évoluer nos pratiques, prendre du recul sur nos activités… tels étaient les objectifs de la journée organisée conjointement entre l’ALEC du Pays de Lorient (ALOEN) et l’ALEC du Pays de Saint-Brieuc. L’ensemble des salariés, accompagnés de quelques membres des bureaux de nos associations, y ont participé.

La matinée était consacrée à des visites : l’Espace Info-Habitat de Lorient Agglomération (qui regroupe le service habitat, le service instructeur des permis de construire, l’ADIL et l’ALEC), l’installation photovoltaïque de l’hôtel de l’Agglomération (en autoconsommation totale sur le bâtiment) et la maison de l’enfance de Quistinic (bâtiment biosourcé isolé en paille, construit avec l’aide des habitants au cours de plusieurs chantiers participatifs).

 

 

L’après-midi, les 2 équipes ont échangé des manières de faire et questionné leurs pratiques… au travers de six ateliers :

  • Quelle raison d’être, quelle vision stratégique pour les ALEC ? une réflexion sur l’opportunité de structurer un projet associatif
  • Trouver des manières d’animer, de sensibiliser plus fun, plus efficaces
  • Rôle des ALEC dans les projets d’ENR citoyens
  • Comment utiliser les compteurs communicants dans nos métiers ?
  • Mobiliser les entreprises du territoire dans la transition énergétique
  • Comment les plateformes de la rénovation de l’habitat font et vont faire évoluer nos ALEC et nos métiers ?

Avec des territoires différents, mais des activités proches, ce type de rencontres permet une prise de recul sur nos pratiques et enrichit nos actions de manière concrète.

voir toutes les photos de la journée

Le 9 juin dernier, à l’invitation de l’Agence Locale de l’Energie et du Climat et du réseau Taranis, un ambassadeur de l’association négaWatt est venu présenter le tout dernier scénario conçu par les experts négaWatt. La conférence était organisée en partenariat avec Saint-Brieuc Armor Agglomération et avec Lamballe Terre & Mer, les deux intercommunalités étant labellisées « Territoire à Energie Positive » et porteuses d’un projet de Plan Climat Air Energie .

Le scénario négaWatt, établi à l’échelle nationale, présente la trajectoire à suivre d’ici à 2050 pour diviser par deux les consommations d’énergie, couvrir 100% des besoins énergétiques résiduels avec des énergies renouvelables, et ainsi diviser par 7 les émissions de gaz à effet de serre.

Il s’articule avec un autre exercice prospectif, baptisé Afterres 2050, et qui traite lui de l’évolution de l’assiette alimentaire et des pratiques culturales. Afterres démontre comment on peut garantir la sécurité alimentaire, tout en permettant le développement des matériaux biosourcés (pour le bâtiment et pour l’industrie) et des bioénergies.

Au final, en tenant compte des puits de carbone constitués par les terres et les forêts françaises, la mise en œuvre du scénario négaWatt permet d’atteindre la neutralité carbone en 2050 : les émissions annuelles résiduelles sont intégralement compensées par le stockage de carbone.

La présentation démontre d’abord que la transition énergétique n’est plus une lubie, mais une réalité déjà bien engagée : les consommations d’énergie ont commencé à baisser en France ; les émissions mondiales de gaz à effet de serre se stabilisent ; et les investissements mondiaux dans les énergies renouvelables ont dépassé les investissements dans les autres formes d’énergie ; les exercices de transition énergétique et de planification 100% renouvelable se multiplient partout dans le monde, à toutes les échelles, et démontrent de manière de plus en plus robuste et crédible qu’un monde 100% renouvelable est réaliste.

Il s’agit donc maintenant d’accélérer pour être au rendez-vous des grands objectifs climatiques.

Pour y arriver, une véritable synergie est nécessaire entre tous les acteurs, et à tous les niveaux :

  •  l’Etat et l’Europe, qui fixent un cadre (fiscal et économique notamment) et peuvent instaurer un certain nombre de règlementations et d’incitations décisives
  • les citoyens, habitants et consommateurs, qui par leurs choix (habitat, alimentation, consommation, déplacements…) sont liés à une part importante du bilan énergétique et climatique national
  • les entreprises, qui peuvent mettre en œuvre la réhabilitation thermique performante des bâtiments, développer les énergies renouvelables ou éco-convevoir des produits de consommation courante…
  • les collectivités locales et les territoires, animateurs locaux de la transition énergétique, qui peuvent initier, promouvoir et accompagner ces dynamiques

Les bénéfices collatéraux sont nombreux, que ce soit en termes de qualité de l’air, de précarité énergétique, de sécurité d’approvisionnement ou de création d’emplois.

Les débats ont traité notamment du développement des transports fonctionnant au gaz naturel issu de sources renouvelables, de l’enjeu majeur de la réduction des consommations énergétiques notamment dans les bâtiments et donc du développement des Plateformes de la rénovation de l’habitat, des modifications de comportement sur l’alimentation, du risque pesant sur agriculture dans le contexte de développement important des méthanisateurs, de l’avenir du stockage d’énergie sous forme d’hydrogène, du coût de l’énergie au niveau macro économique et micro économique…

Si vous n’avez pu vous rendre à cet événement, vous pouvez retrouver les éléments du scénario sur :

Un autre site de l’association négaWatt décrypte toutes les idées reçues et apporte plusieurs précisions techniques sur certains points de la transition énergétique : decrypterlenergie.org